Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 21:50

 LUT-2010-20140413_094034.jpgDimanche dernier, sous un soleil plus que printanier, le LUT s’est offert sous nos pieds. Il faut remonter à 2010 pour voir pareil bouquet sur cette course, déjà incontournable, de la capital des gaules. (à (re)lire l’édition 2010)

 

lyon-urban-trail-copie-1.jpg

Retour en escalier sur les sensations de chacune :

Nous étions 5 au départ du 12km (qui en faisais 13,6…) : Initiatique et explosif soit 2 collines, 600 D+.

 

 

 

Elisa : Fleur en éclosion

Les plus de ta course :

- parcours super sympa, très varié, on ne s'ennuie pas une minute

- plaisir de découvrir un nouveau type d'effort (c'était mon premier trail) 

- plaisir de partager un moment BDF et de porter ces belles couleurs

- et surtout un grand Merci à Elsa qui m'a motivé pour ce LUT et soutenu tout le long

 LUT-2010-20140413_090328.jpg

Les moins de ta course :

- le 1er ravitaillement était super loin

- "les bouchons" ça fait plaisir quand on le fait en rando (la petite pause!!) mais ce n'était pas évident pour les chronos et ça en poussait certains à jouer plus au moins fort des coudes.

 

LUT-2010-2677.JPG

 

Cécile : Marcottage de Brut de Fleurs

Les plus de ta course :

- parcours aussi sympa que l'année dernière avec des sensations inhabituelles dans l'obscurité du tunnel de la Croix-rousse

- les encouragements motivants de Christine quasiment à chaque coin de rue !

- la petite bière (ou autre boisson) en terrasse au soleil toutes (et tous) ensemble

- et aussi de très bonnes sensations physiques pour moi motivantes pour la suite

LUT-2010 2674

Les moins de ta course :

- la rudesse du 1er tunnel et son odeur

- petites douleurs pas trop agréables dans les pieds qui commencent à apparaître

A refaire…

 

 

LUT-2010-20140413_100013.jpg


Elsa : Présidente is back !

Les plus de ta course :

-LE parcours : entre collines-promontoirs offrant de magnifiques points de vue, et rives à presque toucher la Saône

-Le juteux des quarts d'orange de la SARRA : qu'est-ce qu'on l'a espéré ce 1er ravito, hein Elisa! Et Alex, c'est drôle de se retrouver pour boire un coup ;)

-Mes compagnons de course : Elisa que j'ai été ravie de bizuter d'escalier, et NicoGrandeFoulée

 

LUT-2010-2671.JPG

Les moins de ta course :

- Bien d'accord avec Cécile pour ce 1er tunnel qui donne envie de faire 1/2 tour, beurk!

- "les bouchons", mais comme dirait un supporter Anthychois : "c'est normal, t'es à Lyon"

 

LUT-2010-20140413_093153.jpg

Alexandra : La doublure

Les plus de ta course : 

 - Retrouver et partager des moments de sports avec des coéquipières, partenaires de club, qui sont dans le filigrane de ma vie,  pour certaines depuis plus de 20 ans ….( !)

    La possibilité de boire une bière en terrasse au Terreaux ; à peine la ligne franchie

-   Courir incognito et sous couverture… je me suis senti un petit peu Paul Bismuth…


Le moins de ta course :

-     Le curieux paradoxe d’habiter à la campagne et de se rendre à la ville pour courir…

-    Je rejoins les filles sur les « bouchons » ….probablement inéluctables à la topologie de la ville, et revère de la médaille de l’incroyable popularité de cette course

-   Le manque évident d’entrainement et de préparation qui donne aux membres inférieurs des allures d’enclume…

LUT-2010-2683.JPG


Christine : L’imposture

 Allez, je n’en étais pas du 13 km, (enfin, officiellement), mais quand même, j’avais envie de vous livrer mes points + et mes points -, si j’en trouve, en tant que spectatrice !

Les plus de ta course :

- le très grand beau temps, qui fait de Lyon une ville magnifique à visiter à pied

-Vous voir en rose sur le parcours, avec vos sourires (parfois crispés dans les escaliers, mais bien radieux à l’arrivée)

- Et comme pour Cécile, cette petite bière partagée en terrasse !

 

LUT-2010-2681.JPG

Les moins de ta course :

- Quelle nouille, j’ai oublié mon appareil photo…

- Faut rentrer à Dijon ensuite…

LUT-2010-2678.JPG

5 plus UNE dingo ( encore !) sur la formule “reine” tout compris. Un joli défi sportif pour ne rien louper de la richesse et la diversité d’un parcours magique. 36km et 1600 D+  quand même pour la formule « all inclusive » !

Bref le parcours de 36 km de Pat : presque tout pareil, en triple ! 


Patricia : La tenace

Les plus de ta course :

- Un parcours connu dans ses - presque - moindres recoins et toujours aussi époustouflant (7ème participation dont 5 sur le 36 km) ! Les vues sur Lyon en cette superbe journée printannière étaient dignes de cartes postales artistiques !

- Un objectif ambitieux de 4h00 (auquel je ne croyais pas vraiment...) (contre 4h19 sur le même parcours l'an passé) atteint grâce à un travail de vitesse initiée il y a 10 semaines avec un super coach, un GPS humain de luxe qui m'aura poussé dans mes retranchements les plus profonds et un moral en béton armé pour mon ami Michel (big boss du LUT récemment accidenté en vélo).

- Une gestion de course irréprochable avec un plan suivi quasi à la minute (je n'ai fais que suivre et écouter mon GPS ! Et purée que c'est bavard un GPS !)

PAT-3.jpg

- Une course pleine comme je n'en avais jamais faite : un cardio à 87 % de son max en moyenne sur 4h et à courir en montées !!!

- 6000 marches et même pas peur de celles du lendemain : pas de courbatures !

- Une course de potes, ceux que l'on retrouve au départ, que l'on croise ou double pendant la course, qui vous encouragent sur le bord du chemin, que l'on retrouve autour d'une bière après !

- Une course fleurie, normal vu la saison, qui siet à merveille aux Brut de Fleurs et le bouquet final autour d'une bière (une autre que la précédente !...) en est la preuve colorée !

- Une course de l'amitié : quand à quelques encablures de l'arrivée il y a une foule incroyable, que je ne vois plus rien, tout juste où je mets les pieds, que je suis concentrée pour ne rien lâcher et que le seul visage que je vois, c’est celui de ma cahouette... Puis ses cris d'encouragements qui me poussent dans le dos jusqu'à la ligne d'arrivée !

- Une course romantique : ben quoi, c'est cool quand son chéri est là à l'arrivée !

 

PAT 2

Les moins de ta course :

- Echouer à 28 secondes du pavé d'or (ça m'apprendra à faire des bisous et "des give me five" à tous mes supporters sur le bord du parcours !)

- La fin de parcours dans le ventre mou des 12 & 23 km : dur dur de se faufiler en poussant des râles de cochon égorgé, restant un tant soit peu lucide pour ne pas tomber et tenter d'aller accrocher les moins de 4h...

- Etre boudinée dans ma jupette et avoir l'entre jambe irrité... 

- Se dire qu'il faut attendre plusieurs semaines avant de remettre ça...

 

 

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 07:15

Capture-plein-ecran-25022014-071424-copie-1.jpg

 

Clic - Clac ; Pat à l'honneur dans "tribune de Lyon"

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 21:40

Dimanche 27 Octobre 2013 : Grand  Trail des Templiers

 

Photo-article-2013.jpg

Aurore et Marilyne se sont lancées dans la grande aventure des templiers !

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 21:40

Reportage de Tout le Sport (France3 lun 09/12/13) consacré à Patricia Bonhomme (BRUT DE FLEURS) et son équipe d'ultra-fondus qui a eu cette idée folle, un jour, d'inventer la "180".

 

  "180" Kezako ?!! ben simplement l'aller retour LYON - ST ETIENNE - LYON   soit ( 69 + 42 + 66)

  Capture-plein-ecran-24122013-144744.jpg

 

http://www.francetvsport.fr/tout-le-sport-extrait-ndeg5-du-09122013-193691

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:24

Le week- end du 28 et 29 novembre 2013 aura été un week-end particulièrement « Sport » pour les Bruts !


En effet, alors que Patricia et Fanny s’attaquaient aux 70 km de la 2 ème éditions du Grand Trail du St Jacques (récits à venir), Gwenaëlle, Virginia et Alexandra s’affrontaient de leur côté sur l’eau, du côté de Mantes la Jolie, où se tenaient  les premiers championnats de Frances Sprint d’aviron (récits à venir). Carole,  s'essayait  le même week end sur le Saucona raid ( récits à venir).
Elza, la fleure la plus au Sud, a pendant ce temps-là tester pour nous le « Duo des Lavagnes » du côté de Montpeyroux (34).
Retour avec elle sur cette aventure inédite à deux où elle était inscrite avec Denis, un amis rameur/coureur gersois, nom de team; « Corporate »… Tout un programme !

24-Duo-des-Lavagnes-2013.jpg

Le principe du Duo des Lavagnes : Un Trail de 18,2 km course contre la montre par équipe de 2 coureurs, à 80 % sur chemins avec 300 m de déniv. Départ toutes les 20".

«Le parcours est constitué de deux tiers de côte,  et un seul de descente ; pour moi qui n'excelle pas dans la pratique verticale positive ….ce n’étais pas évident !

Mais nous avons réussi  à garder un rythme constant tout au long de l’ascension, après un gros coup de mou au km 14, je n'avais plus qu'à dérouler dans les pentes caillouteuses, avec  une concentration maximum  pour que ces dernières ne se transforment pas en tapis roulant !

 

20130706122709--running-copie-1.jpg

 

Reste ce petit coup de massue en fin de parcours,  à mettre en corrélation directe avec une côte de…...150m.. . ( !) Pas grand-chose hein ….mais à laquelle je ne m'attendais vraiment pas, (pour rappel -> j’étais sur mon tapis roulant) bref, une petite surprise qui m'a coupée les jambes juste avant la ligne, enfin ce qu'il me restait d'elles!

Le cadre était véritablement magnifique et les odeurs de garrigues nous ont portées tous le parcours.

Nous finissons 26ème équipe mixte, en 1.59'20", accueillis par une bouteille de rouge, un polo, un apéro et une bonne blanquette!
Lavagnes-045.JPG

Je recommande, la région est vraiment belle! »

Partager cet article

Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 19:47

On la savait accro aux longues distances, entre ses 6 participations à la SaintéLyon, un Grand Trail du Saint Jacques ou encore une Transjutrail, toutes d'une distance de 70 km (à plus ou moins 2 km !).

Mais elle a poussé un peu le bouchon, oh pas trop, juste de quoi passer la barrirèe symbolique des 100 km en participnt à l'Ultra Trail de Côte d'Or, 105 km et 3 600 m de D+, le 1er juin dernier.

Retour sur une aventure d'un nouveau genre par Pat, la doyenne des Brut de Fleurs...

 

UTCO by Mamanpat, un monde d'émotions !

Impatience

Je crois que ce sera le maître mot des 15 jours précédents la course avec la fameuse période de "jus".

Je prépare, je cogite, je tourne en rond et je deviens intennable !

Ma nounou du WE, ma cahouette brut de Fleurs, est bien là et nous allons récupérer mon dossard à Marsannay sous une pluie battante...

Nous rentrons rapidement nous installer auprès du poêle, une bonne douche chaude, quelques pates et je monte me coucher à 21h45 après avoir préparer minutieusement toutes mes affaires.

A ma grande surprise, j'arriverai à dormir jusqu'à minuit heure à laquelle il faut se lever et se préparer.

 

 

Excitation

Cela tient peut-être plus de la nervosité et de l'appréhension.

Cahouette m'a amenée à Marsannay pour prendre la navette en direction de Chagny, lieu de départ de la course. Je suis installée dans la navette, elle attend qu'on parte et je suis cramponnée au siège, doigts enfoncés et limite à mordre l'appui tête de devant ! On y va ?!!!

L'arrivée à Chagny est à l'image de cette dernière heure avant le départ et le départ lui même : calme, intimiste, empreinte de respect face à cette longue journée d'effort qui nous attend et les difficultés du parcours.

 

 

Réserve et prudence

Quelques cloches, un peu de musique et le départ est donné.

départ

Je m'attendais à un départ rapide des relais, il n'en est rien. Ca part tout doux et j'ai le temps de voir s'eloigner les premiers, bien plus rapides malgré tout. Même Amandine reste à vue le temps de sortir de Chagny et de ses lumières nocturnes. Nous nous enfonçons dans l'obscurité, l'aventure peut débuter... 

Très rapidement nous abordons les chemins pour traverser les premières vignes, emblêmes s'il en est, de cette magnifique région de Côte d'Or. Et comme promis : c'est gras !

Je me sens déjà un peu lourde d'avoir le sac sur le dos et un litre de boisson réparti dans mes 2 gourdes, mais me voilà en plus avec une semelle de plomb collante de bien 5 cm !

Et la première montée en tarde pas non plus : Amandine m'a prévenue, ne pars pas trop vite, au 5ème ça grimpe bien !

Et c'est de plus en plus raide !

Nous voilà rapidement à surplomber Chagny et ses côteaux, sous une nuit très claire, les étoiles encore présentes. Diantre que c'est paisible ! Les coureurs sont silencieux, comme pour rendre hommage à ce mutisme naturel...

Le décor est rocheux et épineux et nous voilà à progresser sur un magnifique single sinueux. Mais qui dit monter dit redescendre et les choses se compliquent, du moins pour moi : le chemin est humide, parsemé de cailloux et de racines et la pente s'accentue. A la lumière de nos frontales, les pas sont retenus, timides voire crispés.

      IMAG1524-copie-1

 En compagnie d'Amandine, future vainqueure, quelques minutes avant le départ

 

Mais rien n'est jamais très long sur l'UTCO, l'alternance des typologies du parcours est fréquente. Nous voilà à dérouler sur bitume, puis remonter, puis redescendre, tantôt en courant, tantôt en marchant, tantôt en glissant ou essayant de ne pas trop le faire !

 

Crainte et inquiétude

12,5 km en 1h40.

Une règle de 3 toute simple et la première barrière horaire commence à agiter les esprits du groupe dans lequel j'évolue. On passe la 1ère BH si on double à l'identique mais il ne faudrait pas qu'une grosse difficulté pointe son nez...

Les portions roulantes se font à bonne allure, à l'image de ce village endormi en faux plat descendant sur bitume au lever du soleil.

Je quitte mon groupe ici, pour tenter de prendre de l'avance sur ce temps qui file.

De nouveau une belle montée et nous voilà en chemin mi-forestier mi-champ. D'un coup c'est cris et agitations. Je les vois faire demi-tour, "t'as vu la rubalise ? ".

Mince, quelle idiote, quelle débutante ! Je suis bêtement les coureurs devant moi sans faire attention au balisage.

Nous revenons sur nos pas, l'anxiété grandissante. Combien avons-nous fait en dehors du tracé ?

Nous retrouvons la jonction asez rapidement - ouf ! - distance supplémentaire réalisée environ 500m.

C'est peu et beaucoup à la fois, nous sommes environ au 17ème km et nous avons toujours au dessus de la tête cette épée de Damoclès : 25ème km en 3h30 maxi...

 

943551_10201338290163060_1454570435_n.jpg

      Les fameuses portions roulantes

 

Apaisement et soulagement

Une montée,une grande descente sur bitume et on aperçoit les tentes du ravito complet 1, en face, au dessus du village de Pommard, que nous surplombons.

Ouf, nous sommes finalement bien dans les temps !

Je passe le point de contrôle en 3h07 et ne fais qu'un arrêt express au ravito pour ranger ma frontale. Mes bidons sont encore pleins, je n'ai rien bu ni manger depuis le départ. Erreur ?...

 

943556_10201338292203111_238803031_n.jpg

      Des vignes en veux-tu en voilà !

 

Exaspération et accablement

Je reparts donc rapidement, laissant au ravito quelques coureurs et le groupe avec lequel je cheminais.

La partie après Pommard est sans aucun doute la plus roulante du parcours. C'est là que se concentre les portions sur route, on longe même un moment l'autoroute du soleil.

Mais les vignes ne sont jamais bien loin, tout comme les faux plats montants.

Ce sera aussi la partie la moins sympa pour moi en terme de sensations : je paie les efforts réalisés pour courir après le temps et la vigileance accrue de 3h à 5h, soit 2h de nuit noire. J'ai mal aux jambes ! Purée j'ai l'impression d'avoir déjà couru une SaintéLyon ! Mes jambes ne sont absolument pas dispo, lourdes, les ischios sont endoloris, bref c'est pas gagné cette histoire !

Et là une petite idée de génie : faudrait peut-être que je songe à boire et m'alimenter !

Surtout qu'en passant  au point d'eau de Savigny, km 32, je n'ai toujours presque pas bu. Je m'y colle donc, en montée comme à mon habitude et par petite gorgée. Ma première barre me fait un bien fou et les boissons (Powerade) également, surtout celle au goût cerise qui est super bonne ! Mes papilles en sont toutes réjouies !

 946533_10201338291923104_1013012480_n.jpg

      Roule ma boue !

 

Allégresse et irritation

Mes jambes sont revenus, me voilà de nouveau en pleine possession de mes moyens !

Mais crotte alors, c'est quoi cette douleur au tibia ! Ah puis pas qu'un peu, là comme ça tout de suite, aussi intense ?! Bon ça va forcément passer me dis-je...

Je poursuis ma route tout en profitant des paysages aussi variés que plaisants, entre étendues de champs, sous bois, chemins forestiers... Les nuages jouent à cache-cache avec le soleil, je supporte encore bien le coupe vent car le vent souffle fort et vient du nord.

Je garde comme image forte de ma ballade cette entrée dans un sous bois : un large chemin puis la rubalise nous indique un minuscule passage entre les arbres et j'ai l'impression d'entrer dans la grotte aux fées. Un passage très sombre, presque mystérieux et ce single au milieu de cette végétation dense, presque sans lumière. Puis à quelques encablures, je sors de cet univers digne d'Alice au pays des merveilles pour me retrouver face à un ce champ de coton vert. Le soleil filtre à travers les nuages pour illuminer ces blés chatoyants. C'est juste... Wahou !

 IMAG1525

      Serait-ce le paradis ?

 

Intimidation et curiosité

Ces paysages forcent le respect, on se sent à la fois poussière et maître du monde. J'ai eu le bonheur d'être à de nombreux moments seule et de profiter - pas assez - de cette nature majestueuse. Et à chaque détour de chemin ou changement de direction, on change d'univers se demandant même parfois si on est encore en Côte d'Or voire même sur notre bonne vieille planète Terre...

Malgré tout, il faut garder un oeil vigilant, sur le balisage certes, mais aussi sur le chrono et j'avoue avoir déconnecté cet aspect de la ballade, d'une part parce que mon écran de Suunto a merdouillé (ai-je fait une mauvaise manip au dernier chargement ?) et je n'ai pas la distance parcourue qui s'affiche et d'autre part car je n'en ressens absolument pas le besoin ! L'arrivée à chaque ravito me donne le repère quand à ma progression et je constate le temps passé en course à ces points. Le temps file et les km défilent sans que je m'en rende vraiment compte !

J'arrive ainsi au 2ème ravito complet, avec cette boue qui me ralentit considérablement, dans les temps impartis : 6h20 (à priori nous en sommes plutôt à 47 km, j'avais estimé le 50ème en 6h35).

       UTCO-2013 9214

Ca plane déjà un peu pour Mamanpat...

 

 

Impuissance et détermination

Je prends beaucoup de plaisir, à progresser dans ces paysages en me sentant maintenant vraiment dispo et bien, tout simplement bien sauf... Depuis le 40ème km environ (estimation plus qu'aproximative !) j'ai toujours très mal au tibia droit. Chaque portion où je peux dérouler et récupérer du temps est plus que désagréable, c'est même une véritable souffrance. Et pour autant, mentalement je "n'arrive" pas à la considérer comme telle.

J'ai juste envie d'avancer, de poursuivre ma découverte, de savoir de quoi sera faite l'inconnue, celle d'après 70 km, celle d'après 10h30 de course.

Il en sera ainsi jusqu'au bout, cette douleur n'a rien gâché, elle ne m'a pas entamée, ne m'a pas exaspérée ou mise en colère. J'avance et fais fi des difficultés rencontrées, techniques pour moi, sûrement anecdotiqes pour les premiers. Comme cette terrible descente boueuse en sous-bois, un vrai toboggan ! Très peu d'arbres pour s'accrocher, la solution sur les fesses tout shuss aurait sûrement été la meilleure pour moi ! Et au vu des traces, certains ont du prendre cette option ! Et que dire de cette traversée à travers feuillus avec passage dans pierrier sauvage avant traversée de vignes boueuses juste avant Meuilley ?!

17

Une grotte aux fées ?

 

J'arrive à ce point d'eau à tout pile midi, comme estimé dans mon plan de course. Je n'en reviens pas à vrai dire, j'ai l'impression de perdre un temps fou dans ces portions techniques et je suis encore dans les temps. Vais-je réellement être capable de finir en 15h30 ? Hummm, y'a encore les combes et tu n'as pas encore attaqué la grande inconnue Pat. Un pied devant l'autre, étape après étape, gère...

Je prends quelques minutes pour tenter de soulager mon tibia en le massant, enlever le coupe vent, boire, remplir mes bidons et remettre un peu de ravito à portée de main.

 

 

Courage et épuisement

Les organismes commencent à fatiguer...

Nous nous croisons et décroisons, moi toujours à mon rythme de métronome, de petit lapin Duracel réglé sur la vitesse basse, mais laissant parfois des personnes sur le bord du chemin, tentant de reprendre des forces, leurs esprits ou étirer des muscles endoloris.

Mon corps lui ne semble obéir qu'à mon envie d'avancer et de continuer, il ne m'envoie aucune information négative signifiant la fatigue ou l'épuisement. Je continue de me délecter du paysage et du parcours, allant de surprise en surprise.

Les combes ? je les attendais après le km 83, j'en passerai 2 avant dont le fameux laminoir - mur d'esclade de Fixin - à passer avec des cordes.

7

C'est parti pour la séance d'escalade, 1er tronçon !

946022 10201538662174347 138050449 n

2ème tronçon, sur un bras ! Facile pour l'ancienne rameuse !

8

3ème tronçon, les mains sont très utiles pour le dernier pas sans corde encore juste en haut à droite ! 

 

Km 83 : ravito complet numéro 3.

J'avais mis une barrière psychologique à ce point du parcours, un peu comme Soucieu pour une SaintéLyon, plus qu'une 20aine de km, la fin est proche, elle est pour moi, je sais désormais qu'en étant ici j'irai au bout...

J'arrive devant les bénévoles les larmes aux yeux et ruisselantes sur les joues provoquant inquiétudes et questionnement. Je rassure et remercie - les bénévoles ont été exceptionnels ! - et prends le temps de ranger, masser mon tibia, refaire le plein et manger du salé sur les bons conseils de Nicolas, qui me suis à distance par sms interposés et permets aux potes de suivre ma course via Facebook interposés !

Les tartines de Vache qui rit sur du pain de mie avec des morceaux de gruyère, à ce moment de la journée, de la course et le peu d'aliments sucrés avalés, c'est comme un déjeuner de fête en famille ! Quel bonheur gustatif !

Un petit 1/4 d'heure et je repars pour la partie la plus lente et technique de la journée !

1 

Chouette ! Des escaliers !

 

Triomphe et euphorie

Ca repart en montée après un joli crochet pour accéder au ravito.

3 combes, il y en à 7. Le décompte à commencé mais je perdrai le fil ! 

Les combes les plus compliquées sont concentrées par ici depuis la première passée.

12 km pour accéder au dernier ravito et dernier point avant l'arrivée. Ma cahouette m'annonce qu'elle m'y attend pour finir avec moi. De quoi gonfler ma motivation, ce soutien m'est très cher !

1h50 que j'ai quitté le ravito, nous ne devons plus être très loin du 95ème. Nous demandons à un signaleur en quad à quel km nous en sommes et il nous annonce 86... Oh le coup de bambou ! J'aurai fait 3 km en 1h50 ??!!!

A peine plus loin, une nouvelle bénévole nous annonce elle 88. Ca semble plus cohérent mais que nous sommes lents ! Les combes en descente sont de vraies patinoires, boueuses ou caillouteuses, même combat, faut s'accrocher !

Quand aux montées, c'est mains sur les cuisses et sur les rochers ! C'est court mais très raide !

IMAG1530

Mais ça vaut le coup d'oeil une fois en haut !

IMAG1531-copie-1

Bon attention c'est quand même à pic ! Et pis pas le temps de trop contempler !

 

Le couperet de la BH s'abat de nouveau sur nous : serons nous dans les temps à Couchey ? 16h30 max !

Une portion roulante ? Allez, faut envoyer ! Après une belle portion à courir puis de nouveau une remontée de combes, nous voilà au panneau 90 km. Le premier signaleur avait donc raison...

Je retrouve juste après ma cahouette venue à ma rencontre depuis Couchey. Elle a bien fait les 5 km et nous indique ce qui nous attend : c'est simple, que de la combe ! Descentes techniques, un peu de relance en fond de combe et remontées ardues !

sur les fesses

Aux grands mots les grands remèdes ! Jambes trop courtes et lourdes, le fessier et les mains prennent le relais !


Nous arrivons fialement à Couchey avec une petite heure d'avance sur la BH. Chris reprend la voiture pour aller au départ, elle viendra à ma rencontre pour la fin du parcours.

J'arrive au ravito, plus que 10 km, nous y sommes presque ! Et voilà, le robinet est ouvert ! Je suis en larmes, je chouigne déjà comme une gamine au grand desespoir de cet adorable bénévole qui ne sait pas quoi faire pour me faire arrêter ! Je ris, je pleure, je morve !!!

Je repars rapidement et encore de la boue, beaucoup de boue et donc de marche. Mais les plus grosses difficultés sont dernière nous, il ne reste qu'une descente de combe (et pas des moindres, avec une corde) que je ferai à reculons accrochée à la corde et que mes 2 compagnons feront sur les fesses !

En bas de cette belle dernière le panneau 100 km !

Une petite remontée, un peu de descente roulante et ma cahouette est de nouveau là ! Allez, 2/3 km grand maxi.

Elle m'annonce de la descente, du roulant, un montée dans un bois à traverser, une vigne et... l'arrivée !

Ca sente l'écurie et nous prenons la poudre d'escampette, embarquée par ma cahouette ! Elle se demande d'ailleurs d'où me vient cette vitesse que j'ai encore sous le pied !

"Il est juste temps que ce la se termine mainenant !"

La montée annoncée, "oh pas longue et pas raide !", "mais Christine, le moindre caillou sur le chemin est un sommet pour nous !"

J'aurais là le seul moment où j'en aurai eu marre pendant ces 105 km : JAMAIS ON SORT DE CE PUT... DE BOIS !!! Je n'en vois plus le bout ! Ce dernier km m'a semblé être un marathon ! Et en plus, une féminine nous passe toute fringuante ! D'où sort-elle ? Elle était sur le 105 ? Même pas un mot, une parole... Elle me soufflera la 4ème place au général et la 3ème en V1.

ARRIVEE.jpg

Emotivité extrême sous l'arche d'arrivée !

 

Extase, fierté, satisfaction, délectation...

Et enfin les vignes, serrer encore un peu les dents...

Et oui, mon tibia me fait toujours autant souffrir et je trouve le moyen de taper un gros caillou ! Cela me fait monter les larmes aux yeux de douleur puis 10 m et voilà le goudron, la fontaine est activée... 400, 300 m...

Des personnes sont encore là pour encourager, c'est mort, je ne peux plus rien retenir.

Chris veut s'écarter et me laisser filer, je lui attrape la main, reste encore un peu avec moi ma cahouette, j'ai peur, sous mes airs extravertis il reste tant de réserve et de pudeur face à ce beau parcours...

Le speaker met encore une ambiance incroyable alors que la grande fête du jour est déjà terminée et que presque tout le monde est rentré. 

Bip, ça y est, je l'ai fait, je suis FINISHER ! Le speaker me tend son micro, que m'a-t-il demandé déjà ? Je me souviens juste que je réponds bredouillante et que je m'excuse à cause d'un nouveau débordements de larme.

Je tombe dans les bras de ma cahouette, j'appelle mes chéris qui m'ont suivie et soutenue tout au long de la journée avec des petits sms.

Mais pourquoi le speaker veut-il absolument que je mange du boeuf bourguignon ?!

Merci pour cet accueil à l'arrivée, Fabrice Dubuisson, chef UTCO est adorable, il va jusqu'à me chercher mon tee-shirt finisher !

Christine elle n'aura plus qu'à ma ramener jusqu'à la voiture...

 

 IMAG1532-copie-2

Mes récompenses !

Un tee-shirt pour la satisfaction (I did it !), une Sinngle Track Pink bien fraîche pour la délectation, des Haribo pour la gourmandise et ma cahouette pour le partage !

 

Tous les résultats sur le site de l'Ultra Trail de Côte d'Or

Crédit photos, vidéos : Mamanpat, David, Nicolas Goisque, Jocelyn Brigand

 

En conclusion, la question récurrente : mais pourquoi tu / je fais ça ? 

La réponse la plus plausible que j'ai trouvé à ce jour est loin d'être philosophique ou métaphysique, elle est simple : l'envie de découvrir et le goût de l'effort et je vous accorde une grande vérité : cela ne sert à rien si ce n'est que de se fabriquer de magnifiques souvenirs !

Cet UTCO n'est pas le point de départ d'une carrière d'ultra traileuse, ça je n'en ai pas envie. Pas de rêve d'UTMB, de Diagonale des Fous ou je ne sais quelle autre ultra prestigieux. Pas de surenchère.

Mais une prise de confiance pour me dire que je peux le faire et que cela me permettra peut-être d'assouvir d'éventuels coups de coeur ou autres bétises entre amis !...

Partager cet article

Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 12:03

Stéphanie, notre fleurs toulousaine a aussi foulé les rue de la ville pour unde découverte tout en trail de cette belle rose et une première distance aussi longue à son actif !

 

Récit...

 

LE TUT ET MOI UNE PREMIERE  

 

Enfin la ville rose se met au trail urbain !! 2 distances au choix, 10km et 30km. Je n’ai pas hésité très longtemps… Allons-y pour le 30, je mets mes superbes jambes de gazelles au défi !!!

Nous voici donc en ce dimanche 5 mai, ensoleillé (enfin !!), au bord de la Garonne, prêts à avaler des km !!

Juste avant le départ notre parrain, Julien Chorier, qui revient du Japon après une très belle 2ème place sur l’ultra du Mont Fuji (la classe quand même !), prend le micro quelques minutes pour nous donner ses impressions d’avant course, et oui l’envie est plus forte que la fatigue, il sera des nôtres durant ces 30km.  Je me tâte si je me mets à côté de lui au départ …ou pas !

trail-urbain-toulousain.png

 

Nous voici donc tous agglutinés sous l’arche, impatients, les indexs prêts à enclencher le chrono et top c’est parti !!!

Bon nous commençons dans une ruelle, donc autant vous dire que ça trépigne mais arrivés au carrefour, ils ont tous mis le turbo !! Mais ils sont fous, on est parti pour 30 km les gars !

Nous longeons donc les bords de Garonne, je me cale tranquille à mon rythme autour de 10km/h et je suis BIEN !!!

Ma voisine trouve aussi que devant c’est parti bien vite ! Et du coup nous commençons à papoter, à se raconter nos vies, truc de filles quoi !! Nous passons devant l’émulation nautique, un petit coucou et une blagounette aux rameurs de l’aviron toulousain, étonnés de me voir ici un dimanche matin avec un dossard !!

Nous abordons l’ile du ramier, un petit sous-bois fort sympathique qui longe un bras de la Garonne, mais qui en temps normal est peu abordable vu que des messieurs s’y rencontrent pour … et plus si affinité...

Nous rejoignons la route pour passer devant les HLM d’Empalot, passer au dessus de la rocade (ok ce n’est pas le coin de Toulouse le plus attractif) et nous arrivons tranquillement, au bout de 7km,  au pied de la zone verte de Pech David et ses 250m de dénivelé positif.

 

profil_trail_long-copie-1.jpg

Attention ça va piquer !! (Et oui maintenant que je n’habite plus à côté des Alpilles c’est le calme plat !) Evidemment fini le bavardage avec ma nouvelle copine d’un jour, ça monte !! Et là c’est parti pour 40’ de montée et de descente sur les hauteurs de Toulouse.

La vue est magnifique, le cadre est idyllique, ah qu’est ce qu’on est bien !! Trop bien même nous avons perdu le tracé !! Et ça discute ça discute et voilà, perdues !! Du coup ceux qui nous suivaient derrière ont aussi perdu le fil de la course ! Nous revenons un peu sur nos pas pour retrouver les rubalises…Mais rien ! Il nous reste 20km à faire donc on n'ose pas trop partir dans tous les sens. Certains commencent un peu à s’impatienter, nous décidons de tous nous diriger dans la même direction et - hourra ! - nous retrouvons le tracé !! Par contre les bénévoles nous annoncent que nous avons zappé une jolie boucle de 2km !! Avec un compatriote nous redescendons un peu, histoire de ne pas trop squeezer le parcours, les autres le récupère directement au niveau des bénévoles, c’est là que nos chemins se séparent avec ma nouvelle copine d’un jour !

Donc là je suis super concentrée, je ne perds pas des yeux les rubalises et je continue sur un bon rythme, les jambes sont bien, le souffle est bon, jusque là tout va bien.

Nous commençons la descente (PNC aux portes…), l’hôpital de Rangeuil, la fac de médecine (big up spécial dédicace à la promo de 93/94…).

Et là petite surprise des organisateurs, nous empruntons les escaliers du métro, sympa !! Nous sortons dans l’enceinte de l’université Paul Sabatier qui me vaut une petite séquence nostalgie : ma première chambre universitaire, le resto U, les amphis…. Petit coup de vieux aussi car les infrastructures ont beaucoup changé aussi (ce n’était pas comme ça à mon époque…).

Et enfin voilà le ravitaillement : bonjour un menu big mac avec frites… bon ok elle était facile ! Etant donné que mon ventre ne s’était pas manifesté jusqu’à présent, j’ai osé un verre de coca car j’en rêvais et de l’eau, heureusement j’avais mon camelbak car il faisait chaud et il n’y avait qu’un ravitaillement, bien vu Steph !!

Et c’est reparti, nous sommes à 15km de course, c’est bon tout est ok !!

Nous rejoignons le canal du midi, c’est le rush, tous les sportifs du dimanche sont de sortie. Je croise même un skiff et un double !

Nous abordons le centre de Toulouse, le (très joli) jardin du musée Georges-Labit

 

musee_georges_labit.jpg

PS : y revenir avec mes loulous Benoit et Martin.

Nous rejoignons le Jardin des Plantes

 

PCUMID031FS00079_2_Plantes3.jpg ah les chameaux ils nous font passer tout en haut de la cascade !!

S’en suit le Jardin du Grand Rond, oh la belle Porsche (et oui expo de voitures super classes !!) pour finir par le Jardin Royal !!!

Bon là ça commence à coincer, et normalement il doit rester 8 km (et oui je vous rappelle que j’ai zappé 2 km dans les coteaux !!), bon profitons du paysage et allons-y gaiement !!

La Cathédrale Saint Etienne, magnifique,

Banniere-Cathedrale-Toulouse-3

Quartier Saint Georges, aie c’est pas terrible le bitume quand même !!

Le Capitole, l’incontournable !! Où les triathlètes se préparent pour le duathlon (et oui pas le droit de barboter dans la Garonne trop de jus !!) Que de sportifs aujourd’hui !!

Bon là je commence à peiner vraiment, les genoux sont un peu douloureux, il y a beaucoup de monde dans les rues, mais nous sommes en plein cœur de Toulouse donc je profite du cadre et oublie mes petits bobos !! Les concurrents du 10km  me doublent à gogo mais je m’accroche, j’essaie de maintenir une vitesse de 8,5km/h (oh l’escargot…)

Nous nous rapprochons de la Garonne et donc de la fin, quelques escaliers par ci par là, de toutes petites ruelles, le canal de Brienne et là … oh malheur…saleté de racines !! Je me suis rattrapée tant bien que mal et ai échappe à la chute !! (Par contre mon orteil, lui, a encore les stigmates 15 jours après…)

Ç a y est la fin est toute proche, je la vois !!! Il reste le pont à traverser, longer la Garonne sur 200m et voilà !!!!

I DID IT !!!! 27km en 3h06 !!!

Bon ok un peu dur sur les 5 derniers km mais bon forcément sans préparation spécifique…

Je suis fière, je me suis régalée, l’organisation était au top, le parcours aussi.

RDV l’année prochaine !

Pour info le 1er termine en 1h50 (dingue !!) et la 1ère féminine en 2h05 (super dingue !!!) faut que je bosse !!!!!!

 

LE TUT ATTITUDE !

  sTephanie.JPG

 

 

 


 

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 19:30

Petit retour et résultats des rendez-vous Brut de Fleurs mars/ avril préparatoires au Lyon Urban Trail !

 

Les séances

 

# 1 : 20/03/13 - Educatifs et fractionné sur les pentes de Fourvière - Coaching by Patrick (Sport & Run)

Distance : 8,5 km

Temps : 1h00

Dénivelé : 250 m D+

Présents : Juliette, Anne, Coraline, Chloé, Pat, Nicolas, Patrick

IMAG1351 

 

 

# 2 : 27/03/13 - Reconnaissance parcours Ste Foy en papotant entre filles

Distance : 6 km # 10,2 km

Temps : 45 mn # 1h10

Dénivelé : 400 # 600 m D+

Présentes : Séverine, Coraline, Juliette, Chloé, Pat # (Cora et Pat ont fait durer le plaisir en remontant à Fourvière !)

RDZ VS BDF 27 03 13

 

 

 

 

 

# 3 : 03/04/13 - Travail PPG version Extra Sports - Pentes et escaliers Croix Rousses

Distance : 9 km

Temps : 1h10

Dénivelé : 310 m D+

Présents : Bertrand, Alex (Extra Sports), Chloé, Pat, Michel (Extra Sports), Juliette, Christine

RDZ VS BDF 03 04 13

 

 

# 4 : 10/04/13 - Dernière séance tranquille du jour d'avant sur le parcours de l'Ultra Boucle de la Sarra - Arthur Baldur

Distance : 6,1 km

Temps : 1h00

Dénivelé : 280 m D+

Présents : Bertrand, Julien, Coraline, Olivier, Pat, Arthur Baldur, Chloé

RDZ VS BDF 10 04 13

 

 

Les résultats !

 

12 km

Coraline - 1h12 - 16ème SF - Pavé d'Argent -

"Une course au top ! Enchaînement des montées comme en entraînement sauf une que je ne connaissais pas eu que je n'ai pas pu courir en entier. Puis au fur et à mesure du parcours, reprise de tous ceux qui sont partis trop vite, surtout les mecs ! C'est plutôt bon et permet de signer un super chrono ! Heureusement qu'on a fait les séances car toute seule je n'aurai jamais enquillé autant de marches ! "  

 

Juliette - 1h34 - 196ème SF -  

 

 

Christine - 1h39 - 70ème V1F -  

" Ce que j'ai appris :

- ne pas négliger les ravitos (surtout avec TUC et dragibus !) 

- les rues appelées "montées" auraient tres bien pu s'appeler "descentes"

- les coureurs mâles ont une vessie plus petite que celles des femmes ! " 

 

 

23 km

Bertrand - 2h37 - 111ème V1H -  

"Bien moins préparé qu'à ma dernière participation et pourtant beaucoup plus facile !"

"Le top des mercredis Mamanpat ? Toujorus sous le soleil !"   

 

36 km

Nicolas -  4h06 - 124ème V1H - Pavé d'Argent -  

" Ca a été, je l'ai faite tranquille. Même pas fatigué ! "  

 

Pat - 4h19 - 9ème V1F - Pavé d'Argent -  

" Enfin un LUT où je finis toute fraîche et même pas mal aux jambes ! Comme quoi les escaliers cela ne s'improvise pas !!!  " 

 

Chloé - 4h51 - 25ème SF - Pavé de Bronze -  

" Objectif : 5h30... Trop contente ! Merci à tous pour vos encouragements et conseils. Les 4 entrainements Brut de fleurs m'ont vraiment bien servi ! "

NDRL : Chloé fêtait en ce jour de LUT son premier anniversaire runnistique ! Et oui, la miss a commencé en 2012 avec le LUT ! Chapeau !

 

Animateurs

Arthur - 3h58 - 106ème V1H - Pavé d'or pour Monseigneur !

"Des copines, des copains, du soleil, le ciel bleu, de la bière, un max d'escaliers, un pavé d'or et même un maravage de Biscotte ... une belle journée quoi ! "

 

Michel & Alexandre : plusieurs mois ! 

La plus haute marche du podium pour l'équipe d'Extra Sports qui nous a offert une 6ème édition d'une très belle et très grande qualité ! Merci et bravo !

 

Patrick : ben alors, t'as fait grasse mat' ? ;-)

Que ses tibias reposent en paix, Patrick fait office de cas d'école pour la médecine du sport ces temps-ci... Je lui souhaite bon courage !

 

 

 

Bonne récupération à toutes et tous !

Merci pour votre participation et votre bonne humeur !

Bravo pour vos résultats !

 

Vivement 2014 !

 

Tous les résultats sur le site du Lyon Urban Trail

 

 

Et pour faire durer le plaisir, rendez-vous le 4 mai pour l'Ultra Boucle de la Sarra pour toujours plus d'escaliers, de montées, de descentes sur fond de paysage digne d'une carte postale de notre belle ville de Lyon !

Partager cet article

Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 12:58

La première séance des rendez-vous préparatoires au Lyon Urban Trail s'est déroulée mercredi 20 mars.

Premier invité remarqué : le soleil qui tentait de percer à travers les nuages pour ce premier jour de printemps !

Pour le reste, le groupe joyeux et coloré aura donné le ton à la nouvelle saison !

 

4 filles 1 garçon pour les participants, sous la houlette des Pat ! La doyenne des Brut de Fleurs et Patrick coach sportif professionnel (wwwsportandrun.com).

 

IMAG1351.jpg

 

 

Après un peu de plat pour mettre en route les organismes, l'échauffement s'est poursuivi Montée des Chazeaux par quelques éducatifs en escalier... Oui oui, c'est déjà fou de courir là dedans mais y rajouter ce type d'exercice est en plus surprenant ! Mais quel travail !

Cette fois, tout le monde est chaud, aucun doute ! On enchaîne sur du fractionné... en montée ! Le chemin des Roses dans le parc des hauteurs s'y prête à merveille : une logne droite et recupération en virage... Y'a des diesels qui ont du mal à démarrer mais tout le monde suit à son rythme et emboîte !

Sur l'esplanade de la basilique de Fourvière, c'est récupération en étirements.

 

IMAG1353.jpg

 

 

Puis direction la piste de la Sarra pour un peu de travail en descente (pas si évident de placer le poids du corps sur l'ensemble du pied et se mettre face à la pente... comme en ski !).

IMAG1354.jpg

 

 

Forcément, cela aura été une crime de lèse majesté que de ne pas la remonter en courant cette belle Sarra !

 

  

IMAG1358

 

Ah il est content Patrick, il nous a bien fait travailler !

 IMAG1360.jpg

  AnneIMAG1355.jpg Coraline

  IMAG1356

Chloé

IMAG1357.jpg Juliette

IMAG1359.jpg

Nicolas

 

Et l'autre Pat aura fait des émules, tirage de langue de rigueur !

Certains apprennent vite !

 IMAG1361.jpg

 

Prochain rendez-vous le mercredi 27 mars - 12h15 - Passerelle Saint Georges !

Reconnaissance du côté de Choulans, les Fontanières, montée du petit Ste Foy, montée des Génovéfains...

Partager cet article

Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 12:25

On vous y attend nombreux !

Les hommes sont bien évidemment  aussi les bienvenus !Capture plein écran 06032013 164051 Le Lyon Urban Trail c'est quoi ?!

 

breveon1496.jpg

Partager cet article

Repost0