Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 19:04

Dimanche 2 mai se déroulait le très réputé Trail du Nivolet Revard, 3ème manche du Trail Tour National (un championnat de France de Trail pour faire simple !).

Cette course de 49 km et 2600 m de dénivelé positif n'a rien a envié à ses grandes soeurs savoyades ou haut-savoyardes de part le parcours technique et les paysages magnifiques qu'elle offre !

Petite déception donc pour cette édition 2010 car le beau temps n'était pas vraiment de la partie !

Malgré tout, pas moins de 700 coureurs ont pris le départ du grand parcours et autant le Malpassant (22 km et 950 m d+).

 

Les Brut de Fleurs étaient présentes avec Morgane sur le Malpassant et Patricia sur le Nivolet Revard.

 

Retours...

 

"Malpassant" le bien nommé ! Par Morgane
 
On est dimanche il est 6h mon réveil sonne! Ca y est c'est l'heure !
6h 30 l'équipe est au complet pour partir en direction de Voglans !
On peut compter dans la voiture Lionel et Aurelio mes amis de galère et Nat et Bis nos fidèles supportrices.
 

28804_1460158182830_1199685121_1348567_5197371_n.jpg

Arrivés sur place à 7h 30 le temps de retrouvé Maman Brut de Fleurs qui est sur le départ pour les 49 kms. Un sourire, une bise, quelques mots et la voila qui s'élance pour affronter le pire.
On récupère nos dossards et partons nous préparer pour le départ. Température extérieure : pas beaucoup et temps : pluvieux ! Le rêve !!

 


Premiers a être beuzzés nous voila sur la ligne de départ. Je retrouve Christine avec plaisir , on se recroisera sur le parcours entre descentes et montés.
Le départ est donné, c'est parti pour 22Kms et 950mD+.

Première surprise pour moi qui pensais ne commencer la montée qu'au 5ème km, en fait on part tout de suite pour une longue côte. Après un peu de plat c'est parti pour l'ascension du sommet. 4 Kms pour faire 678mD+. Le tout sur un terrain très glissant. Certains passages ressemblaient plus pour moi a de la via ferrata qu'a de la course réellement.
Arrivée au sommet avec une magnifique vue sur le lac, je savais pou28804_1460035259757_1199685121_1348409_3761722_n.jpgrquoi j'étais là, c'était hors du commun. Les 30 min de course sur la crète on été pour moi le meilleur moment de ce périple. Puis commença le descente. Elle se fît à toute vitesse en utilisant les arbres pour tourner et m'arrêter entre deux glissades. L'adrénaline était au rendez-vous.  
Les 4 derniers kms se sont fait au mental. Je pense m’être grillée dans la descente car mes jambes ne répondaient plus !
Enfin l’arrivée je retrouve mes amis de galère !!!
Je pensais en avoir finit avec la galère mais en fait le pire était à venir !!! Quelques minutes après l’arrivée, survenue de lombalgie qui m’interdit la station debout. Il aura fallu 25 min de manip ostéo pour que je puisse aller mieux !!
 
En conclusion un dimanche avec du rire, des amis,  de la douleur, de l’effort , des paysages magnifiques, un ambiance très conviviale,  beaucoup de boue et une bonne tartiflette à l’arrivée !
 
Merci a l’organisation, a ceux qui m’on accompagné et a Maman BDF !!!!
 
Pour l’anecdote, le lendemain matin j’arrive en retard au boulot à 6h car j’ai mis beaucoup trop de temps pour descendre les 5  étages sans ascenseur qui sépare mon lit de la voiture !!

  trace2008gearth.jpg

 

Les échelles du Nivolet ! Par Maman BdF !

Même jour, même ambiance, un peu plus tôt, juste une partie inversée pour le passage dans le Malpassant pour les coureurs du Nivolet.

Puis on en rajoute un peu : faut grimper à la Croix du Nivolet pour ce grand parcours ! Alors à la bifurcation, on attaque le chemin du Croc qui nous amène sur le plateau. La grimpette est rude mais la verdure luxuriante et les singles superbes.

C'est lentement mais sûrement que j'arrive sans encombre et en dérapant quelque peu une première fois... Le début d'une longue série !

Après un premier passage aux Chalets du Sire nous allons chercher le pas des echelels de la Croix par des chemins rendus plus que boueux par les quelques 580 coureurs passés avant moi. Une vraie patinoire !

Les échelles sont un passage certes hyper ludique mais bien dangereux avec toute cette humidité et cette boue ! Heureusement que la vue est bouchée, au moins pas de vertige !

Au pied de la Croix, 4° seulement, limite pluie/neige, alors faut pas traîner ! Masi faut-il pouvoir avancer !

Beaucoup de cailloux rendus très glissants, terrain accidenté... Pas facile pour un pied plus campagnard que montagnard !

La descente à La Feclaz ne sera pas plus aisée : boue et neige mêlées ne me facilitent non seulement pas la tâche mais essaient de m'en faire le plus possible : je me vautre 4 fois d'affilé et ai beaucoup de mal à repartir d'un pas assuré.

Ayant eu le bonheur de faire le parcours l'an passé sous le soleil, je sais que la partie qui m'attend va être très compliquée. Ne me sentant pas à la hauteur, ni physiquement, ni psychologiquement d'encaisser encore moultes gamelles, je préfère ne pas risquer la blessure et de m'arrêter là, au 24ème kilomètre avec 1900 m de D+ dans les jambes et 4h50.

Sage décision s'il en est, la traversée du plateau était en effet difficile et j'aurai de toute évidence été mise hors course à la barrière horaire suivante.

 

Pour l'anecdote, le lendemain j'étais en pleine forme et sans aucune courbature ! j'ai donc pu enchaîner plein pot pour compenser cette course inachevée et préparer malgré tout sereinement le prochain objectif !

  Nivolet2

Récit complet sur http://mamanpat.over-blog.com

 

 

Tous les résultats sur le site de la course.

Partager cet article

Repost0

commentaires