Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 08:40

Bari, Championnats du Monde des clubs d'aviron de mer, 20-23 octobre 2011

 

Marilyne et Elsa sont parties avec une solide délégation de leur club (CAThonon) aux mondiaux d'aviron de mer qui se déroulaient cette année dans le sud de l'Italie, côte Adriatique, à Bari la capitale des Pouilles.

En 4 barré avec Anaïs (junior surclassée), Eve et Robin à la barre, elles terminent difficilement leur série qualificative, réduites à 3 rameuses suite au bris de 2 pelles. Loin d'être favorites dans la finale, elles retrouvaient a cette occasion les rameuses du RC Marseille qui avaient subi elles aussi la déroute sur le parcours de Dunkerque et s'étaient sans doute vues privées du titre de championnes de France. Dans le premier bord de vent contre, elles devancent les lausannoises et font jeu égal avec la puissance du bateau anglais qui, au premier virage heurte l'embarcation marseillaise partie en tête. Robin, habile barreur, dans le second bord, place le bateau pour le surf et nos "lacustres" en profitent ainsi pour lâcher les marseillaises et prendre l'ascendant sur la course. Grace à la coordination de ramerie des coéquipières chablaisiennes, le bateau conserve son avance sur les bords suivants et s'offre un finish déterminé sur le "lungomare" de Bari et sous les derniers encouragements des supporters conquis.

"Le 4 barré en mer, c'est avant tout une super cohésion d'équipe, sur un bateau exigeant (SAFRAN 33). C'est aussi un(e) barreur(euse) confiant et expérimenté: dans notre cas, Robin détient toutes ces qualités, il a su nous faire "virer" chaque bouée en optimisant nos trajectoires et en évitant les abordages avec les autres bateaux. En aviron de mer, les bons rameurs ne sont pas toujours récompensés (je pense à notre équipage senior homme qui a encore été malchanceux, ou encore au 2x SF de Grenoble..). En plus des capacités techniques et physiques, à la différence de l'aviron de rivière, en aviron de mer il faut pouvoir transformer l'environnement maritime (vent, vagues, courants) en allié. Sur cette finale, nous avons parfaitement abordé des conditions de courses variées, et je dois dire que grâce à ce petit brin de chance qui fait que cette fois-ci nous n'avons rien cassé, nous étions intouchables" Elsa

IMGP4958.jpg

Finish en ligne droite longeant les quais de Bari


IMGP5339.jpg

Les Anglaises du Thames (2e après la pénalité qu'elles ont obtenu à l'encontre du RC Marseille, finalement déclassé 4e) et les Suissesses de Lausanne (3e)

Partager cet article

Repost0

commentaires